Aller directement au contenu

Éloquence pour tous

Note introductive :

Le discours qui suit est une retranscription du discours de clôture que j’ai prononcé en tant qu’organisateur de la 6ème édition du Concours d’Éloquence de l’association RDVC (Les Rendez-Vous du Changement) qui a opposé des étudiants de 2 écoles :
Toulouse Business School VS Sciences Po Toulouse

Le site de RDVC, où il y a une partie blog : https://rdvc.fr/

Rediffusion du Concours d’Éloquence : [je rajouterai le lien Youtube quand il sera disponible]

Éloquence pour tous:

Un adage très répandu aujourd’hui est de dire que le silence est d’or, mais que la parole n’est que d’argent. J’espère qu’aujourd’hui, nos orateurs vous ont démontré le contraire : à savoir que la parole est d’or.

En effet, pour l’humanité conçue comme un ensemble de relations humaines, rien n’est plus précieux que la parole. C’est elle qui nous permet de sociabiliser, de communiquer, de réfléchir, de raisonner.

Et si le silence d’argent, comme métal pauvre de la parole, peut convenir aux situations de doute ou d’ignorance, où il est encore bon de suspendre son jugement, la parole est d’or lorsqu’elle est menée par un travail de réflexion approfondi, une quête de vérité et une volonté sincère de convaincre.

Cela ne veut pas dire pour autant que la parole vaut toujours mieux que le silence, car la préciosité de la parole est à ce prix qu’il faut la réserver aux grandes occasions.

Ces occasions, qu’elles sont-elles ? Quand est-ce qu’un orateur, vous, moi, nous, se doit de prendre la parole ? Il y a pour moi 3 conditions à remplir :

Premièrement, l’orateur doit nous apprendre quelque chose, et poser des questions. Il doit se donner la légitimité intellectuelle de traiter le sujet dont il parle, gagner le mérite d’être écouté en faisant usage de la raison.

Deuxièmement, la ferveur et la passion, elle doit vivre dans le discours de l’orateur. L’auditoire et l’orateur doivent avoir la même intime conviction que l’orateur use de ses propres mots, dise ce qui lui tient à cœur et ne singe pas le discours d’un autre. En bref, on attend de l’orateur qu’il soit honnête et authentique.

Enfin, il doit y avoir une cause à défendre, un combat à mener. La cause peut être légère et prêter à sourire, tout comme elle peut être grave et nous émouvoir. Dans tous les cas, de la même façon qu’il faut une raison de vivre, il faut aussi une raison de parler. Sans conviction, le pseudo-orateur n’est qu’un manipulateur de la parole : Il ne sait que parler mais il ne sait rien dire.

Or, aujourd’hui, ce ne sont pas les causes qui manquent, mais bien d’authentiques orateurs pour nous inspirer et nous fédérer autour de ces causes.

Avant de conclure, j’aimerais dire à tous ceux qui m’écoutent aujourd’hui, que si l’éloquence est souvent perçue comme un art, maniées par de talentueux artistes, elle est en réalité aussi une science, un savoir, que chacun peut s’approprier.

Cela signifie que quiconque s’en donne les moyens peut devenir un orateur raisonné, passionné et avec une cause à défendre. Mais aussi que quiconque en a déjà les moyens, peut aider ses semblables à faire porter leur voix.

Ainsi ce soir je vous le demande solennellement, en tant qu’humain et en tant que citoyen, ne restez pas silencieux, prenez la parole pour pouvoir décider vous-même de ce qui est important.

Merci à vous tous.

Publié dansEcrits libres

Soyez le premier à commenter!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *